Accueil > Services > Recherche et développement

Afin de mieux comprendre ce phénomène socio-économique complexe qu’est la grande précarité et l’itinérance chez les 55+, le PAS de la rue s’investit depuis 2011 sur le front de la recherche afin de documenter, donner la parole aux personnes qui vivent ces situations, adapter nos services, et adapter les réponses du milieu en concertation avec les partenaires et les citoyens.

Première étude réalisée par le PAS de la rue avec l’aide du Gouvernement du Québec et d’une chercheuse émérite, Vieillir dans la rue (voir Publications) a permis de faire un grand bond en avant dans la compréhension de cette réalité, ainsi que de l’espoir qui réside dans le potentiel des personnes accompagnées et des pistes d’action cernées par la recherche.

Notamment impliqué dans les actions du CREMIS (Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté), le PAS de la rue poursuivra sur cette voie les prochaines années, afin de travailler à partir d’une meilleure compréhension des réalités et des besoins.

En 2013-2014 :

  • Fin de la recherche Vieillir dans la rue et diffusion du rapport final (disponible sur notre site internet). Cette démarche de recherche-action, portée par l’organisme, aura duré 3 ans.
  • Campagne de sensibilisation auprès du public à l’automne 2013, pour diffuser les résultats de la recherche et solidariser la population à cet enjeu.
  • Conférence de presse le 23 septembre 2013 : lancement du rapport Vieillir dans la rue, lancement de la campagne de sensibilisation.
  • Couverture médiatique de la recherche et de ses constats (télévision, journaux, radio, médias sociaux).
  • Représentations auprès d’acteurs clés afin de leur communiquer les constats de la recherche ainsi que les pistes de solution.
  • Création d’un cadre d’intervention propre au PAS de la rue, basé sur l’expérience de l’organisme et les constats de la recherche. (disponible sur notre site internet)
  • Ateliers-conférences par des représentants de l’organisme sur notre recherche et notre cadre de pratiques (à l’ACFAS, au RSIQ, à GEPSI, etc.)